Vous êtes ici

Cambridge Bay

Cambridge Bay

Région: 
Opérations scolaires de Kitikmeot (OSKit)

Community

À propos
Histoire: 

La localité de Cambridge Bay est aujourd’hui située sur la côte ouest de l’ile de Victoria, sur un important site de chasse et de pêche traditionnel des Inuits du Cuivre, un peuple nomade de la région. Le nom d’origine de Cambridge Bay, Ikaluktutiak, signifie « bon endroit où pêcher ». La Compagnie de la Baie d’Hudson installa un poste de traite à l'est de l'emplacement actuel de la communauté au début des années 1920. La GRC établit son premier poste à Cambridge Bay en 1926 et l’église anglicane y bâtit une mission l’année suivante. C’est seulement vers la fin des années 1940 que l’endroit est devenu une communauté permanente. En 1947, une balise d’aide à la navigation de longue portée fut installée, ce qui entraina la construction de quelques petites maisons. Au début des années 1950, Cambridge Bay fut choisie comme centre de coordination pour les plus petits sites du réseau DEW (réseau d’alerte avancée) le long de la côte arctique, puis le hameau fut déménagé à l’endroit actuel. Après la construction de l’école de jour fédérale, les Inuits des environs, qui avaient passé leur vie dans les terres, se sont vus forcés de déplacer la communauté pour que leurs enfants puissent fréquenter l’école.

 

Cambridge Bay a continué de croitre pour devenir une plaque tournante du transport dans la région de Kitikmeot, un centre logistique pour l’exploration minière sur la côte ouest du Nunavut ainsi qu’un important centre opérationnel pour certains ministères du gouvernement du Nunavut et des organismes dédiés au patrimoine inuit. La chasse et la pêche demeurent des activités importantes dans la région et créent de l’emploi dans les domaines de la chasse et du traitement des « aliments traditionnels » nunavois (faune chassée et pêchée pour l’alimentation) lorsque les stocks le permettent. Les sites historiques de la municipalité incluent l’ancien site du réseau DEW ainsi que le lieu où reposait l’épave du Maud, navire de l’explorateur norvégien Roald Amundsen, qui est retourné à la Norvège.

 

Le site Web pour l’orientation des employés du gouvernement du Nunavut offre un excellent éventail de ressources relatives à l’histoire du Nunavut en général, en plus d’un aperçu général de la culture et de l’histoire inuites ainsi qu’une explication sur la manière dont les principes culturels inuits sont intégrés dans les opérations et les services gouvernementaux. Nous vous recommandons de consulter ce site lorsque sa restructuration sera terminée. Pour le moment, vous pourrez obtenir de l’information à l’adresse suivante : http://www.gov.nu.ca/.

Culture, langue et vie communautaire: 

Cambridge Bay est une communauté relativement jeune. Selon le recensement de 2011, l’âge moyen y est de 27,5 ans. Toujours selon ce recensement, la communauté compte 550 enfants de moins de 18 ans, seulement 4 % de la population a plus de 65 ans et personne n’a plus de 85 ans. Par conséquent, les ainés sont considérés comme une ressource précieuse et un lien important avec la culture et la langue inuites traditionnelles.

 

Les programmes de la société patrimoniale Kitikmeot Heritage Society (KHS) visent à préserver la culture traditionnelle. La société compte trois ainés au sein de son personnel qui agissent à titre d’experts en langue. La KHS a travaillé de concert avec l’école secondaire Kiilinik, la bibliothèque communautaire May Hakongak et l’administration scolaire de district Iqaluktuuttiaq pour trouver le financement nécessaire à la reconstruction du centre culturel et de la bibliothèque communautaire May Hakongak après que l’ancienne bibliothèque ait été la proie des flammes en 1998. Inauguré en 2002, le nouveau centre abrite un musée, un centre culturel, des archives, une galerie d’art, une bibliothèque publique et une bibliothèque scolaire. « Ce local partagé permet aux élèves, aux jeunes enfants ainsi qu’à leurs parents et grands-parents de se rassembler sous un même toit pour échanger des idées, des compétences, des connaissances et des valeurs qui sont le reflet de notre société traditionnelle et qui répondent à nos besoins actuels » (KHS, 2013). Cet endroit permet également à la KHS d’exposer d’importants artéfacts culturels ainsi que de l’information à l’intention des élèves, de la communauté et des visiteurs de la région. Pour obtenir plus d’informations, vous pouvez consulter le site Web de la KHS à l’adresse : http://www.kitikmeotheritage.ca/.

 

Les résidents de Cambridge Bay aiment passer du temps « dans les terres » et un réseau de routes aux abords de la ville mène à des cabanes qui servent de camp de base pour les activités extérieures. Les chemins conduisent au mont Pelly dans une direction et à l’océan dans l’autre.

 

Cambridge Bay compte trois églises : l’église anglicane St-George, l’église catholique Notre-Dame de l’Arctique et l’église Glad Tidings.

 

La langue la plus couramment parlée à Cambridge Bay est l’anglais. Selon le recensement de 2011, l’inuinnaqtun est le dialecte inuit utilisé à Cambridge Bay et la langue maternelle de 255 personnes; cependant, seulement 90 personnes ont déclaré que c’était la langue qu’elles utilisaient le plus à la maison (5 % de la population) et 260 personnes ont déclaré qu’elles l’utilisaient régulièrement chez elles. L’inuinnaqtun s’écrit au moyen de l’alphabet roman plutôt qu’en caractères syllabiques, comme c’est le cas dans les régions de Kivalliq et de Qikiqtani. L’inuinnaqtun est enseigné à l’école. La Kitikmeot Heritage Society ainsi que le conseil d’alphabétisation du Nunavut travaillent à réhabiliter son usage au quotidien dans la région de Kitikmeot par des programmes comme les camps d’immersion langagière dans les terres, des activités d’acquisition de compétences traditionnelles et des publications en inuinnaqtun. Si vous avez parlé l’inuktitut dans d’autres communautés, préparez-vous à apprendre un nouveau dialecte. Bien que le français soit une des langues officielles du Nunavut, moins de 10 personnes ont déclaré être francophones lors du recensement de 2011. Cependant, la langue inuite (inuktitut et inuinnaqtun), l’anglais et le français sont tous des langues officielles du Nunavut. Vous avez donc le droit de demander des services gouvernementaux dans la langue officielle de votre choix.

Économie: 

En plus d’être une plaque tournante du transport pour la région de Kitikmeot, Cambridge Bay est le siège de plusieurs bureaux décentralisés du gouvernement du Nunavut, comme la Division de la santé mentale et de la toxicomanie du ministère de la Santé. Elle abrite également des bureaux de plusieurs organisations inuites, créées dans la foulée de l’Accord sur les revendications territoriales du Nunavut, entre autres, l’Association régionale inuite de Kitikmeot, la Commission du Nunavut chargée de l'examen des répercussions, la Commission d'aménagement du Nunavut et la division des terres et des ressources de la Nunavut Tunngavik Inc. C’est le centre logistique régional pour l’exploration et l’exploitation minières, comme le projet de mine d’or Hope Bay Belt. Cambridge Bay accueille aussi le siège social de Kitikmeot Foods, la seule usine de transformation des viandes approuvée par le gouvernement fédéral. Elle vend de la viande de bœuf musqué lorsque la récolte du bœuf musqué le permet. L’usine prépare également de l’omble chevalier pour la vente commerciale. La communauté devrait croitre davantage à la suite de l’annonce de la construction de la station de recherche de l’Extrême-Arctique, laquelle devrait être inaugurée en 2017.

 

Cambridge Bay compte une succursale de la Banque royale du Canada. De plus, les magasins Northern et la Coopérative offrent des services bancaires de base incluant la possibilité de garder un peu de liquidités dans un compte, d’encaisser des chèques, etc. Il est possible de payer par Interac ou par carte de crédit dans la plupart des commerces. Cependant, les résidents font souvent appel aux services bancaires ou de paiement de factures par Internet, d’autant plus que le service postal peut facilement être retardé quand le transport est perturbé en raison du mauvais temps.

Faune: 

Les possibilités pour la pêche à la truite et à l’omble chevalier sont excellentes dans la région, d’où le nom traditionnel de Cambridge Bay, Ikaluktutiak, « bon endroit où pêcher ». Parmi les mammifères terrestres, on compte le bœuf musqué, le caribou, l’ours polaire, l’ours grizzli, le loup, le renard arctique et le lemming. La chasse au bœuf musqué minutieusement contrôlée est permise lorsque la taille des troupeaux le permet.

Suggestions de lecture: 
  • AMUNDSEN, Roald. Expéditions d'Amundsen : photographies retrouvées, présenté par Roland Huntford, Paris, Albin Michel, 1988.
  • BENNETT, John et Susan ROWLEY, rédacteurs. Uqalurait: an oral history of Nunavut, Montréal et Kingston, McGill-Queen’s University Press, 2004.
  • DORAIS, Louis-Jacques. The language of the Inuit: syntax, semantics and society in the Arctic, Montréal et Kingston, McGill-Queen’s University Press, 2010.
  • ISSENMAN, Betty Kobayashi. Sinews of Survival: the living legacy of Inuit clothing, Vancouver, UBC Press, 1997.
  • MACDONALD, John. The Arctic sky: Inuit astronomy, star lore and legend. Iqaluit et Toronto, Institut de recherche du Nunavut et Musée royal de l'Ontario, 1998.
  • MCGHEE, Robert. Une histoire du monde arctique : le dernier territoire imaginaire, Saint-Laurent, Fides, 2006.
  • MORRISON, David et Georges-Hébert GERMAIN. Inuit: glimpses of an Arctic past, Hull, Musée canadien des civilisations, 1995.
  • PAUKTUUTIT INUIT WOMEN OF CANADA. L’art de vivre inuit  –  Guide sur la culture inuit, éd. rév., Ottawa, Pauktuutit Inuit Women of Canada, 2006.