Vous êtes ici

Igloolik

Igloolik

Région: 
Opérations scolaires de Qikiqtani (OSQ)

Community

À propos
Histoire: 

La région d’Igloolik, dont la faune est historiquement riche, compte de nombreux sites archéologiques dispersés, indiquant la présence humaine depuis plus de 4 000 ans. « Iglulik » signifie « l’endroit des igloos » en inuktitut. William Parry a consigné la première prise de contact des Européens avec les Inuit locaux, appelés les Iglulingmiut, en 1822, lorsqu’il a passé l’hiver à cet endroit lors de sa quête pour trouver le passage du Nord-Ouest. Pour sa part, Charles Francis Hall a traversé la région en 1867 et en 1868 lors de son expédition pour trouver des données probantes ou des restes témoignant de l’expédition infortunée de Franklin. Un prospecteur, Alfred Tremblay, a suivi en 1913, de même que l’explorateur danois Knud Rasmussen en 1921. L’église catholique s’est installée dans la localité qui constitue aujourd’hui Igloolik pour établir une mission en 1930. La Compagnie de la Baie d’Hudson a établi un poste dans la communauté peu de temps après. Comme on l’a aussi constaté dans de nombreuses autres communautés du Nunavut, la fin des années 50 et le début des années 60 ont vu s’intensifier l’engagement du gouvernement canadien, dont a témoigné la construction d’un centre de soins infirmiers, d’une école de jour et d’un poste de la GRC. L’église anglicane établit aussi une mission en 1959. Igloolik, qui a rapidement adopté le mouvement des coopératives, établira la Co-op d’Igloolik en 1963. Dans les années 70, le gouvernement fédéral construit trois centres de recherche sur l’Arctique à Inuvik, Igloolik et Iqaluit. Ces installations deviennent des bases d’importance sur le plan de la recherche sur l’Arctique et en ce qui a trait à l’engagement communautaire. Igloolik, qui a poursuivi son essor, est aujourd’hui l’une des communautés du Nunavut qui tirent parti de la décentralisation des bureaux du gouvernement, y compris d’une présence majeure des ministères sur le territoire.

 

Sur son site internet, destiné à l’orientation des employés, le gouvernement du Nunavut (GN) offre un excellent ensemble de documents portant sur l’histoire générale du Nunavut, un aperçu de la culture et de l’histoire des Inuit ainsi qu’une explication de l’intégration des principes culturels inuits dans les opérations et les services gouvernementaux. Nous vous recommandons de consulter ce site lorsque sa restructuration sera terminée.  Pour le moment, vous pourrez sans doute obtenir de l’information à l’adresse suivante : http://www.gov.nu.ca/.

Culture, langue et vie communautaire: 

Les Iglulingmiut (les résidents d’Igloolik) attachent une très grande importance à la culture traditionnelle. Igloolik abrite les Productions Isuma, une compagnie connue pour ses films illustrant les modes de vie traditionnels des Inuit, dont le mieux connu est Atanarjuat, la légende de l'homme rapide. Néanmoins, Isuma a produit bon nombre d’autres films qui abordent divers aspects de la vie traditionnelle des Inuit et les effets des contacts avec les Européens, comme le film Le Journal de Knud Rasmussen. Il est possible de visionner en ligne plusieurs de ces films (www.isuma.tv). C’est aussi à Igloolik qu’est établie Artcirq, la seule troupe de cirque inuite au monde (http://artcirq.org/). Des évènements comme le festival annuel soulignant le retour du soleil offrent aux membres de la communauté des occasions de célébrer la culture locale avec des concours de construction d’igloos, des courses d’attelage de chiens et des jeux traditionnels. Les Iglulingmiut ont aussi continué de cultiver leur gout pour les « aliments traditionnels » (fruits de la chasse ou de la pêche). La communauté est célèbre pour son igunaq, un plat savoureux de viande de morse fermentée, qui est très prisé. La religion a aussi joué un grand rôle dans la vie communautaire. Il y a deux églises à Igloolik : l’église catholique St. Stephen’s et la mission anglicane St. Matthias. Une paroisse catholique est établie dans les années 30. Construite dans les années 60, l’église de pierres a fait l’objet de nombreuses photos. Il a fallu faire démolir l’église St. Stephen’s en 2006 pour des raisons de sécurité. Un nouveau sanctuaire a été bâti par la suite. Certains Iglulingmiut continuent d’épouser les croyances chamaniques traditionnelles.

 

Comme on le constate aussi dans bon nombre de communautés de la région de Qikiqtani, l’inuktitut de l’Arctique de l’Est est la principale langue des Iglulingmiut. Dans le cadre du recensement de 2011, 93 % des membres de la population ont déclaré l’inuktitut comme étant leur langue maternelle, dont 84 % affirment que c’est leur langue d’usage à la maison et 8 % disent que l’inuktitut est la deuxième langue utilisée à la maison. La proportion des membres de la communauté indiquant ne parler ni l’anglais, ni le français est de 13%. L’anglais est la langue que parlent couramment 85 % des membres de la population, et autour de 75 % recourent à l’anglais à la maison comme première ou deuxième langue. La localité comprend également un petit groupe de francophones. On peut s’attendre à ce que la plupart des réunions ou évènements publics se déroulent dans les deux langues. Il ne faut toutefois pas s’attendre à ce que les conversations courantes en inuktitut soient automatiquement traduites, seulement parce qu'un locuteur anglophone est présent. En outre, il y a d’importantes variations entre les dialectes inuktituts au Nunavut. Par conséquent, si vous avez déjà parlé l’inuktitut dans une autre communauté, préparez-vous à apprendre des différences dialectales. Préparez-vous aussi à ce que les résidents locaux corrigent votre usage à l’occasion. Enfin, la langue inuite (l’inuktitut et l’inuinnaqtun), l’anglais et le français sont les langues officielles du Nunavut. Vous avez donc le droit de demander des services gouvernementaux dans la langue officielle de votre choix.

                 

Igloolik a une très jeune population. Selon le recensement de 2011, la localité réunit 225 enfants d’âge préscolaire et 425 enfants d’âge scolaire. Aussi, 45 % de la population a moins de 18 ans. L’âge médian de la communauté s’établit à 21,1, et seulement 2 % de la population a plus de 65 ans. Des efforts considérables sont déployés pour conserver les connaissances des  ainés d’Igloolik, maintenant si peu nombreux. Un groupe d’ainés, la Société Inullariit, s’investie activement à transmettre aux membres de la communauté de précieuses compétences liées à la terre et des techniques traditionnelles de couture. De plus, le Centre de recherche d’Igloolik a mené un projet visant à conserver les connaissances traditionnelles des ainés qui est la base de données de l’histoire orale d’Igloolik.

Économie: 

Igloolik est l’une des communautés qui bénéficient de la stimulation économique qu’entraine la décentralisation des bureaux du gouvernement du Nunavut. On y trouve certains postes du ministère de la Culture et du Patrimoine ainsi que du ministère de l’Environnement, respectivement dans le domaine du développement communautaire et de la gestion de la faune.  En plus des emplois gouvernementaux et de l’économie fondée sur la prestation de services locaux, un grand nombre de résidents recourent à la chasse et à la pêche pour satisfaire aux besoins de leur famille. Igloolik comprend aussi un secteur d’activités culturelles très important grâce aux Productions Isuma et à la troupe Artcirq qui sont établies dans la localité. Ce secteur d’activités comprend également la fabrication d’objets traditionnels (vêtements, outils et articles de maison) utilisés dans la production de films. Le tourisme offre des emplois saisonniers aux guides, pourvoyeurs et artistes.

 

Il n’y a pas de succursales bancaires à Igloolik et il arrive souvent que les sommes disponibles en espèces soient très limitées. Le Northern Store et la Co-op offrent des services bancaires de base, par exemple la possibilité d’avoir un petit compte au magasin, d’encaisser des chèques, etc. Il y a un guichet automatique au Northern Store. À noter que les sommes disponibles sont restreintes. Les cartes Interac et les cartes de crédit sont acceptées dans la plupart des détaillants. Compte tenu des fréquents retards du service postal en raison des intempéries climatiques nuisant aux transports, nous recommandons vivement aux nouveaux arrivants d’opter pour les services bancaires en ligne et d’y effectuer le paiement de leurs factures.

Faune: 

Étant situé dans la même région que son proche voisin Hall Beach, on retrouve à Igloolik la même faune côtière, soit des morses, des phoques, des bélugas et des ours polaires. La topographie relativement sans relief accueille une vaste population d’oiseaux pendant la saison estivale, particulièrement des espèces qui nichent au sol comme les canards, les oies, les huards, les bruants des neiges et les harfangs des neiges. Il y a du petit gibier partout dans la région. Les gens pêchent l’omble chevalier et la truite de lac, en plus de ramasser les œufs d’oiseaux au printemps.

Suggestions de lecture: 
  • BENNETT, John & Susan ROWLEY, eds. Uqalurait: an oral history of Nunavut. Montréal & Kingston: McGill-Queen’s University Press, 2004.
  • DORAIS, Louis-Jacques. The language of the Inuit: syntax, semantics and society in the Arctic. Montréal & Kingston: McGill-Queen’s University Press, 2010.
  • Georgia: An Arctic diary. Edmonton: Hurtig, 1971.
  • ISSENMAN, Betty Kobayashi. Sinews of Survival: the living legacy of Inuit clothing. Vancouver: UBC Press, 1997.
  • MACDONALD, John. The Arctic sky: Inuit astronomy, star lore and legend. Iqaluit et Toronto: Institut de recherche du Nunavut et Musée royal de l'Ontario, 1998.
  • MCGHEE, Robert. The last imaginary place: a human history of the Arctic world. Toronto: Key Porter Books, Musée canadien des civilisations, 2004.
  • MORRISON, David and Georges-Hébert GERMAIN. Inuit: glimpses of an Arctic past. Hull: Musée canadien des civilisations, 1995.
  • PAUKTUUTIT INUIT WOMEN OF CANADA. L’art de vivre inuit  –  Guide sur la culture inuit, éd. rév. Ottawa: Pauktuutit Inuit Women of Canada, 2006.  
  • RASMUSSEN, Knud. Intellectual culture of the Iglulik Eskimos (Fifth Thule Expedition, v. 7) et Material culture of the Iglulik Eskimos (Fifth Thule Expedition, v. 6 no. 1). New York: AMS Press, 1976
  • ROWLEY, Graham W.: Cold comfort: my love affair with the Arctic. Montréal & Kingston: McGill-Queen’s University Press, 1996.

 

Références

Les références des sites Web ont été mises à jour en juillet 2013.

  • Krotki, Tony: Catholic community in Igloolik between past and present [En ligne]. Missionary Oblates of Mary Immaculate in the Diocese of Churchill Hudson Bay, 2009. Disponible à l’adresse : http://www.arcticomi.ca/62news.html [consulté le 20 février 2013]
  • Nunavut Liquor Act Review: a Summary of the Act, 2010
  • Nunavut Handbook, 2004
  • Annuaire téléphonique de NorthwesTel, mars 2012-février 2013
  • Statistique Canada. 2012. Igloolik, Nunavut (Code 6204012) et Nunavut (Code 62) (tableau). Profil du recensement, Recensement de 2011, produit nº 98-316-XWF au catalogue de Statistique Canada. Ottawa. Diffusé le 24 octobre 2012 [données consultées le 21 janvier2013]