Vous êtes ici

Qikiqtarjuaq

Qikiqtarjuaq

Région: 
Opérations scolaires de Qikiqtani (OSQ)

Community

À propos
Histoire: 

Le peuplement de la communauté de Qikiqtarjuaq (autrefois connue sous le nom de Broughton Island), s'est développé autour d'un site du réseau DEW (réseau d'alerte avancé), qui fut construit dans les années 1950 par le Canada en réaction à la Guerre Froide. Pour en savoir plus, consultez le site : http://www.lswilson.ca/fox5.htm. Avant l’arrivée des militaires, la région était occupée depuis fort longtemps par les Inuit répartis  dans des campements importants le long de la côte, dont ceux de Kivitoo, de l'ile de Padloping et de l'embouchure du fiord de Pangnirtung. Dans les années 1800, l’abondance de baleines dans la région et dans  la baie de Cumberland plus au sud a amené les baleiniers européens et américains, un poste de chasse à la baleine ayant même été construit à Kivitoo. En 1962, la communauté inuite de Kivitoo s'est déplacée vers l'actuel emplacement de Qikiqtarjuaq à la suite d’un tragique accident au cours duquel plusieurs personnes se sont noyées. Jusqu'à la fin des années 1960, d'autres campements locaux se sont déplacés vers le hameau, alors que le gouvernement canadien y a construit des établissements de soins médicaux et des logements sociaux et a offert l'aide sociale aux Inuit qui choisissaient le mode de vie sédentaire. La communauté a changé son nom officiel de Broughton Island pour Qikiqtarjuaq, signifiant « la « grande ile » en novembre 1998.

 

Le site Web d'orientation du personnel du gouvernement du Nunavut (GN) offre également une excellente compilation de matériel sur l'histoire générale du Nunavut. Il procure une vue d'ensemble de la culture et de l'histoire des Inuit et de la façon dont les principes culturels inuits (les Inuit Qaujimajatuqangniit – communément nommés IQ Principles en anglais) sont incorporés dans les activités et les services du gouvernement. Nous vous recommandons de consulter ce site lorsque sa restructuration sera terminée.  Pour le moment, vous pourrez sans doute obtenir de l’information à l’adresse suivante : http://www.gov.nu.ca/.

Culture, langue et vie communautaire: 

Qikiqtarjuaq est une petite communauté où coexistent modernité et tradition. En effet, les télécommunications et la technologie modernes (télévision, Internet et motoneiges haute performance) y côtoient les activités traditionnelles encore aujourd’hui au cœur du mode de vie local (chasse, pêche et cueillette des petits fruits y sont encore pratiquées régulièrement selon le rythme des saisons). On y retrouve deux églises qui contribuent de façon importante à la fabrication du tissu social de la communauté : l'église anglicane St. Michael and All Angels (affiliée à l’église St. Luke de Pangnirtung) et l'église du Plein Évangile Katisivik (Katisivik Full Gospel Church).

 

L'inuktitut est la langue prédominante à Qikiqtarjuaq : utilisée dans la vie de tous les jours, vous l'entendrez régulièrement dans la rue. Selon le recensement de 2011, 93% des résidents affirment que l'inuktitut est leur langue maternelle et celle parlée à la maison. De plus, 13% des répondants ont indiqué qu'ils ne parlaient ni anglais ni français, ce qui signifie que les nouveaux venus ou les visiteurs doivent de temps en temps trouver quelqu'un qui parle anglais pour traduire pour eux. Bien qu'il y ait quelques personnes parlant le français à Qikiqtarjuaq, l'anglais est utilisé comme langue seconde par 85% des résidents. Plus de la moitié de la communauté utilise également l'anglais comme langue seconde à la maison. Attendez-vous à ce que la plupart des réunions et des évènements publics soient animés en anglais et en inuktitut, mais pas à ce que les conversations courantes en inuktitut vous soient traduites automatiquement, seulement parce qu'un locuteur anglophone est présent. En outre, sachez que l’inuktitut possède plusieurs dialectes qui varient selon la région du Nunavut et qui possèdent chacun différentes variations. Ainsi, si vous avez appris à parler l'inuktitut dans une autre communauté, préparez-vous à apprendre les différences dialectales et à être repris dans votre manière de parler la langue par les résidents. La langue inuite (inuktitut et inuinnaqtun), l'anglais et le français sont tous des langues officielles du Nunavut. Vous avez donc pleinement le droit de demander des services gouvernementaux dans la langue officielle de votre choix.

 

Qikiqtarjuaq ne fait pas partie des communautés les plus jeunes du Nunavut, bien que la population y soit considérablement plus jeune que la moyenne canadienne. Le recensement de 2011 y répertorie 50 enfants d'âge préscolaire et 140 d'âge scolaire, ce qui équivaut à 37% de la population âgée de moins de 18 ans. L'âge médian est de 25,5 ans et seulement 4% de la population est âgée de plus de 65 ans.

Économie: 

La diminution considérable de l'importance du réseau DEW en Amérique du Nord a changé profondément l'économie de Qikiqtarjuaq, qui reposait en partie sur l’entretien de celui-ci. Une grande partie de l'économie locale se concentre dorénavant à fournir des biens et des services aux résidents. Qikiqtarjuaq ne possède pas de bureaux décentralisés du gouvernement du Nunavut qui ont stimulé l’économie de certaines autres communautés, comme sa « voisine » Pangnirtung. Cependant, l'industrie de la pêche y est en plein développement et la chasse aux phoques y est pratiquée de façon commerciale. Un groupe de plongeurs locaux recueille occasionnellement des palourdes qu'ils vendent dans la communauté. On y retrouve également un bureau local de Parcs Canada pour la gestion d’un secteur du parc national Auyuittuq, car Qikiqtarjuaq se situe à l'autre extrémité du col d’Akshayuk débutant à Pangnirtung. Le tourisme procure donc de bonnes occasions aux pourvoyeurs en excursion de la région. En hiver et au printemps, les visiteurs de Qikiqtarjuaq sont souvent intéressés par la motoneige, le traineau à chiens et le ski de fond; en été, la randonnée pédestre et l'observation de la faune sont les activités prisées. La communauté est particulièrement reconnue pour ses artistes qui sculptent l'ivoire de narval. Plusieurs personnes s'adonnent toujours à la chasse et la pêche de subsistance du phoque, du morse, du narval et de l'omble chevalier.

 

À l’image de plusieurs communautés du Nunavut, on ne retrouve aucune succursale bancaire à Qikiqtarjuaq. Notez donc que l’approvisionnement en argent comptant peut souvent devenir très limité. Le magasin Northern et la Co-op offrent cependant certains services bancaires « de base », comme la capacité de maintenir un petit compte bancaire avec le magasin ou l'encaissement de chèques. Les services de paiement Interac et par carte de crédit sont également disponibles. On retrouve un guichet automatique au magasin Northern, mais avec un approvisionnement limité en liquidités. Il est fortement recommandé que les nouveaux arrivants se familiarisent avec les services bancaires par Internet et les méthodes de paiement de facture en ligne, car la météo capricieuse et les perturbations dans les transports peuvent souvent retarder le service postal. 

Faune: 

Par sa situation géographique dans le détroit de Davis et en tant que porte d’entrée nord du parc national Auyuittuq, la région périphérique de Qikiqtarjuaq présente une faune diversifiée et abondante. L'environnement marin convient parfaitement aux ours polaires, à plusieurs espèces de phoques, aux narvals, aux baleines boréales et aux baleines à bosse. Sur la terre, on retrouve plusieurs petits mammifères, comme des lièvres arctiques, des lemmings, des renards et des loups. Les caribous y vivent cependant en petit nombre. L'omble chevalier se retrouve en plusieurs endroits à l'extérieur de la communauté. Plusieurs espèces d’oiseaux vivent dans le secteur, comme des faucons ou des lagopèdes alpins, mais on y retrouve surtout une grande variété d'oiseaux aquatiques et marins, notamment des fulmars et des guillemots. Afin de protéger ces animaux, Environnement Canada a par ailleurs désigné en 2010 deux Réserves nationales de faune (RNF) – traduction de l’anglais National Wildlife Areas (NWA)- dans la région de Qikiqtarjuaq. La RNF Akpait (« guillemot » en inuktitut) se situe sur la pointe nord-est de la péninsule Cumberland, à environ 130 kilomètres au sud-est de Qikiqtarjuaq, et comporte une importante partie marine. Pour en savoir davantage, consultez la page : https://www.ec.gc.ca/ap-pa/default.asp?lang=Fr&n=47D87A04-1. Quant à elle, la RNF Qaqulluit (« fulmar boréal » en inuktitut) se retrouve sur l'ile du même nom et inclut également une partie marine. La RNF de Qaqulluit abrite 44 000 couples de fulmars boréaux, ce qui en fait la plus importante colonie nicheuse de cette espèce au Canada, et représentant 22% de sa population totale. Pour plus de renseignements, voir : https://www.ec.gc.ca/ap-pa/default.asp?lang=Fr&n=351A0AB4-1

Suggestions de lecture: 
  • BENNETT, John et Susan ROWLEY, rédacteurs. Uqalurait: an oral history of Nunavut. Montréal et Kingston, McGill-Queen’s University Press, 2004.
  • DORAIS, Louis-Jacques. The language of the Inuit: syntax, semantics and society in the Arctic. Montréal et Kingston, McGill-Queen’s University Press, 2010.
  • EBER, Dorothy Harley. When the whalers were up North. Montréal et Kingston, McGill-Queen’s University Press, 1989.
  • ISSENMAN, Betty Kobayashi. Sinews of Survival: the living legacy of Inuit clothing. Vancouver, UBC Press, 1997.
  • MACDONALD, John. The Arctic sky: Inuit astronomy, star lore and legend. Iqaluit et Toronto, Institut de recherche du Nunavut et Musée royal de l'Ontario, 1998.
  • MCGHEE, Robert. The last imaginary place: a human history of the Arctic world. Toronto, Key Porter Books, Musée canadien des civilisations, 2004.
  • MORRISON, David et Georges-Hébert GERMAIN. Inuit: glimpses of an Arctic past. Hull, Musée canadien des civilisations, 1995.
  • PAUKTUUTIT INUIT WOMEN OF CANADA. L’art de vivre inuit  –  Guide sur la culture inuit, éd. rév. Ottawa, Pauktuutit Inuit Women of Canada, 2006.  

 

Références

Les références aux sites Web datent de juillet 2013.

  • Révision de la Loi sur les boissons alcoolisées au Nunavut : un résumé de la Loi, 2010
  • Nunavut Handbook (Guide sur le Nunavut), 2004
  • Annuaire téléphonique de NorthwesTel, mars 2012 - février 2013
  • Statistiques Canada. 2012. Qikiqtarjuaq, Nunavut (code 6204010) et Nunavut (code 62) (tableau). Profil de recensement. Recensement 2011. Statistiques Canada, Catalogue No 98-316-XWE. Ottawa. Publié le 24 octobre 2012. [Consulté le 22 janvier 2013.]